Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 10:02

 

 

IMG_6680.JPG

 

 

IL n’y a pas deux galets qui se ressemblent

Et pourtant tous par l’eau lissés

Ont acquis la même forme, usés.

 

Inlassablement je les contemple

Dans cette incroyable diversité

Qui fait leur uniformité.

 

Si semblables aux hommes

Qui dans la vie, jetés,

Roulent et se transforment à volonté.

 

Lise

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by lilou - dans pensées
commenter cet article

commentaires

ambre 09/03/2011 16:47


et est-ce que tu aimes les prendre dans tes mains ? est-ce que tu en ramènes chez toi ?


lilou 10/03/2011 09:23



Mon voyage avec les galets va bien au delà du regard..



Je les sens , les carresse, les touche et dit  tout haut mon émerveillement
Ils chantent en moi la rivière lointaine et tout ce temps
où la vie les a porté jusqu'à présent..


Quelque uns d'entre eux je ramène avec moi comme des présents
En choisissant délicatement ceux qui veulent bien venir
En ramenant parfois ceux qui ne veulent pas.


Merci Ambre



Alaxis 04/03/2011 13:44


Et qui l'un sur l'autre
expriment une unité.

Près de ma bibliothèque,
trois galets enchevêtrés
symbolisent cette unité.

N'a-t-il pas été écrit:
Le un engendre le deux
qui engendre le trois
et ensuite les dix mille êtres ?

Ces galets déposés par Lilou sont plus qu'un simple poème.


lilou 04/03/2011 20:03



Voilà pourquoi peut être je peux passer des heures assise sur la berge à contempler ce " peuple", cette diversité, apparament figée, mouvante dans l'instant, imperceptible souffle qui
nous pousse en avant..


Merci Alaxis.



ariaga 04/03/2011 12:07


Les galets sont comme les humains à la fois semblables et différents. Amitiés.


lilou 04/03/2011 19:57



Uniques dans leur singularité..portant un même souffle...
Contemplant les galets je me sens ainsi " en amitié" .
Merci Ariaga.



jean 03/03/2011 14:42


... c'est qui, c'est quoi, l'humanité ?
Dans la vie des coteaux d'ici ce ne sont que des hommes dans leur singularité, des petites âmes qui se la jouent, jusqu'à parfois l'oublier, que je rencontre...


lilou 03/03/2011 16:51



Il en est de même pour moi..et toutes ces rencontres me parlent d'humanité,
Un terme un peu usé , tant de fois employé, et pourtant toujours d'actualité.


Merci Jean de ces questions.



jean 03/03/2011 13:59


Banale romance, éternelle poésie du polissage :
les galets, prompts à prendre les campanules pour les fleurs de la passion,
à danser et frapper dans leurs mains les nuits claires dans le flot roulant de la vie,
n'usent-ils les aspérités de leur belle jeunesse qu’à démêler le tien du mien ?
Qui sait ?


lilou 03/03/2011 14:23



Qui sait ?
L'eau peut être en parle..à mots couverts, lorsque dans la nuit calme elle s'asseoit sur la berge..en un murmure où seul le vent l'entend.
Merci Jean.



Présentation

  • : Le blog de lilou
  • : Couleurs de la Terre.. Chants du Vivant .. Lumières du Monde.. Instants .
  • Contact

Recherche

Archives

Liens