Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 19:13



Et si je te racontais ma peine,

Qu'en ferais tu ?

C’est souvent pour cette raison
Qu’en face de toi je me tais .

 

Alors nous parlons de la pluie,
Du beau temps, de la vie .

 

Ce n’est pas que je doute de ton amitié,
De ton soutien , de ta bonté .

 

C’est juste que je connais la limite des mots
Pour exprimer les vibrations de l’âme.



Lise



 

Partager cet article

Repost 0
Published by lilou - dans pensées
commenter cet article

commentaires

kea 17/02/2010 16:00


Par mon éducation
et tout ce qui est véhiculé, partout
j'en étais venue à me faire une idée
bien à mon insu
de ce que doivent être les relations
mère-fils
et ce n'est pas du tout ce que je vis
en surface du moins
mais au niveau des résonnances dont tu parles Lilou,
oui c'est bien toujours le même Amour
éternel.


lilou 17/02/2010 16:54


Nous avons des idées..qui passent
Nous en parlons en mots..qui passent
Mais au fond nous ne faisons toujours que tenter d'exprimer
Une même chose qui dure..Aimer.

Sentir la résonance et la manifester
C'est demeurer reliés
A cette source en nous
Pour ne pas oublier
Que nous sommes Amour
Malgré tous les malgrés.

Merci kéa .


Arnaud 17/02/2010 15:40


Bonjour Lilou,

Comme toujours, tout est là, tout est dit !
Merci !

Arnaud


lilou 17/02/2010 16:47


Merci à Toi Arnaud d'être passé par là .


kea 17/02/2010 03:02


Mon coeur ne se soucie pas de connaître la raison de ta peine
il ne se soucie que de s'émerveiller et de s'enrichir
de que tu as écris et de ce que d'autres t'ont répondu.

Merci à toi et à ces autres


lilou 17/02/2010 08:58


Voilà donc une manière de parler de la peine..sans la dire .
Il est des résonances en nous qui nous portent" au delà de nous" chaque fois que nous les écoutons..comme un travail de tissage sur le métier de la vie . Merci Kéa.


sevim 16/02/2010 23:09


Lise par tes mots je reprends espoir
car depuis longtemps je cherchais une raison de me taire
craignant un peu que je ne m'enterre
en n'exprimant pas ce qui brûle en moi
Or jusqu'à maintenant rien d'heureux n'a été vécu
dans le partage de la peine
"comme si nous la fabriquions à mesure que nous la partageons".
Rien que des malentendus
et un enfermement.
"Faire face à la peur qui est toujours là", et même une peur panique, oui,
une angoisse...et "voir peu à peu que la Vie est plus que cela"...
Lise, quelle espérance!

Merci


lilou 17/02/2010 08:54


"Rien d'heureux n'a été vécu dans le partage de la peine"
Tel est aussi le constat que je fais..Cela pourtant n'oblige pas forcément à se taire définitivement mais à parler avec mesure, à ne pas trop attendre de la parole dans l'instant où on la
partage .
C'est un constat d'humilité qui dit : "quand nous parlons de nos peines ( ou de nos joies ) n'oublions pas que les mots sont limités" et que nous sommes en train d'alimenter la partie de nous
qui aime parler de ce qui nous brûle pour le partager.
Parler nous libère ou nous enchaîne selon les cas et parfois nous permet aussi de démêler en nous nos pensées, mais parler ne suffit pas pour avancer et celui qui reçoit notre parole ne
peut avancer à notre place quel que soit son désir de nous aider.
Comme un enfant qui apprend à marcher chaque pas se fait seul, qu'on en parle ou pas,
et c'est toujours une victoire de la Joie sur la peur  par amour de la Vie.
Merci sevim de ce partage .


juliette 16/02/2010 22:44


Il est si difficile de communiquer d'âme à âme
de douleur à douleur.
On aimerait parfois porter la souffrance de l'autre
Bises


lilou 17/02/2010 08:37


Communier ..au delà des mots relève il me semble d'un état particulier de présence de part et d'autre..et nous marchons souvent à contre temps préssés par nos idées .
C'est pourquoi j'apprécie de m'entrainer à " résonner" avec Toi car c'est pour moi un premier pas .Merci Juliette


Présentation

  • : Le blog de lilou
  • : Couleurs de la Terre.. Chants du Vivant .. Lumières du Monde.. Instants .
  • Contact

Recherche

Archives

Liens