Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2011 7 17 /07 /juillet /2011 20:50

 

 

Paul Valery en 1936 nous parlait du temps libre.

« J'ai signalé, il y a quelque quarante ans, comme un phénomène critique dans l'histoire du monde la disparition de la terre libre, c'est-à-dire l'occupation achevée des territoires par des nations organisées, la suppression des biens qui ne sont à personne. L'espace libre et le temps libre ne sont plus que des souvenirs. Mais, parallèlement à ce phénomène politique, on constate la disparition du temps libre Le temps libre dont il s'agit n'est pas le loisir, tel qu'on l'entend d'ordinaire. Le loisir apparent existe encore, et même ce loisir apparent se défend et se généralise au moyen de mesures légales et de perfectionnements mécaniques contre la conquête des heures par l'activité. Les journées de travail sont mesurées et ses heures comptées par la loi. 

Mais je dis que le loisir intérieur, qui est tout autre chose que le loisir chronométrique, se perd. Nous perdons cette paix essentielle des profondeurs de l'être, cette absence sans prix, pendant laquelle les éléments les plus délicats de la vie se rafraîchissent et se réconfortent, pendant laquelle l'être, en quelque sorte, se lave du passé et du futur, de la conscience présente, des obligations suspendues et des attentes embusquées... Point de souci, point de lendemain, point de pression intérieure; mais une sorte de repos dans l'absence, une vacance bienfaisante, qui rend l'esprit à sa liberté propre. Il ne s'occupe alors que de soi-même »

 

 

Depuis qu’avons-nous fait sur la ligne du temps, nous pressant sans cesse de peur de manquer, insatiables, affamés, cherchant la liberté et le repos en de multiples activités censées nous délasser.

 Savons nous encore marcher sur «  l’espace qui n’appartient à personne » 

D’un pas qui  vibre avec «  le temps qui n’appartient à personne ».

 

 

 

Lise

Partager cet article

Repost 0
Published by lilou - dans pensées
commenter cet article

commentaires

Miche 30/07/2011 09:14


Je me souviens de mon grand-père paysan qui marchait, souvent, de ce pas tranquille, celui qui est accordé à la nature, en ses saisons, ses pluies, ses chaleurs…
Rien que d’en parler, je sens les odeurs, je vois le volet mi-clos…

Ce temps libre, est là, en nous, oui, tu le dis fort bien.
Mais, pour l’homme qui se coupe de la nature, qui se laisse happer par la frénésie de nos sociétés … plus d’espace.
Je ne pense pas qu'il s'achisse d'un choix... cela se fait...

Merci Lilou


lilou 01/08/2011 10:00



"cela se fait" oui ..mais avec "nous"
et là pour moi réside la liberté d'entrer dans cet " accord".


Ralentir suppose de prendre conscience de la justesse de son pas en accord avec la vie en nous. cet acte là est "libre " dans le sens où il ne dépend que de notre propre perception.

C'est du moins ainsi que je le ressent aujourd'hui.

Merci Miche.



Présentation

  • : Le blog de lilou
  • : Couleurs de la Terre.. Chants du Vivant .. Lumières du Monde.. Instants .
  • Contact

Recherche

Archives

Liens